fbpx

Quand vas-tu te décider à sortir du mode survie ?

Sous ce titre un peu accrocheur, je te l’accorde, j’ai vraiment envie que tu te questionne sur le sens de ta vie.

Je ne sais pas si tu es déjà à ton compte, si tu es employé.e ou si tu gagnes déjà bien ta vie, mais je voulais te partager ce message. J’ai remarqué que la plupart des gens sont en mode survie. On a un boulot pour pouvoir manger à la fin du mois et on préfère le garder plutôt que de « risquer » une autre aventure. Une aventure qui peut faire peur, mais regorge de moments extraordinaires.

Être entrepreneur

Pour moi, le meilleur moyen d’être libre est l’entrepreneuriat. Tu gères ton temps et ton énergie comme bon te semble et tu n’as de comptes à rendre à personne. Enfin, il y a tes clients qui te font confiance et te font vivre mais tu es libres de les choisir en accord avec tes valeurs et le sens que tu veux donner à ta vie. Alors au final, la seule personne avec qui tu dois être en accord, c’est toi !

Etre à son compte est donc une excellente idée pour être davantage libre. Seulement, lorsque l’on regarde de plus près, ce n’est pas une solution miracle. Je ne t’apprends rien mais la plupart des entrepreneurs sont en mode survie également !

Seulement…

L’herbe n’est pas plus verte chez ton voisin !

Tu sais quel est le problème ? Les gens voient trop petit et se limitent. Je ne fais pas de morale, j’ai longtemps été comme ça. :)

Quand tu arrives à trouver le courage de te lancer à ton compte, tu as une flopée d’individus (ton entourage le plus proche et aussi le paradigme de la société) qui viennent te rappeler que tu vas galérer. Que vivre d’un métier plaisir c’est sympa mais qu’il ne faut pas trop espérer gagner de l’argent avec.

Tu l’as vécu toi aussi ?

Parce que moi c’est exactement ce qui m’est arrivé : mes amis, ma famille, j’y ai eu droit. Tu ne peux compter sur (presque) personne, j’exagère à peine.

Tu ne peux compter que sur toi même

Alors, si tu as un caractère de battant.e tu te défonces pour leur prouver qu’ils ont tors. Sauf que tu te bas contre le mauvais adversaire. En faisant ça, tu vas simplement perdre toute ton énergie à taper dans le vide. Tu sais pourquoi ? Parce que dans la réalité ces personnes veulent ton bien et te transmette seulement leurs peurs.

La solution pour résoudre ce problème ?

C’est ton état d’esprit. Ta capacité à faire abstractions des peurs des autres pour foncer comme une fusée sur ton propre chemin.

Tu vas me dire : comment fait-on ?

Je crois que la meilleure solution passe par un gros travail d’introspection afin de comprendre ce qui t’anime, ce que tu veux au plus profond de toi. Comprendre quelle est ta mission pour ne plus subir ton quotidien et mettre au service du monde entier ton plein potentiel (oui je sais dis comme ça ça fait peur) !

Tout ça peut paraître tellement simple et banal ! Sauf que je te jure que ça change une vie.

Trouve la carte de ta vie

Imagine toi, en pleine mer sans carte ou appareils pour naviguer. Tu serais complètement perdu.e et tes chances de survie seraient réduites au stricte minimum.

C’est pareil ici sur la terre ferme. En oubliant qui tu es et ce que tu veux profondément, tu perds tous tes appareils de mesure, tu n’as plus de carte pour savoir où aller dans la vie.

Je sais, ça ne fait pas plaisir à entendre et la plupart des personnes nient tout ça.

Surement parce que c’est plus confortable de se trouver des excuses que d’aller travailler en profondeur sur ses croyances limitantes et sur ses vrais blocages. Et puis surement aussi parce qu’il n’y a pas de mode d’emploi pour savoir dans le moindre détail comment faire.

Je ne te dis pas que le chemin est facile et que tu vas trouver ta mission en un claquement de doigts. Par contre, si tu commences à en prendre conscience aujourd’hui je peux t’affirmer que ta vie changera dans les mois et années à venir pour que tu t’autorise à vivre dans l’abondance en étant aligné.e avec toi même.

Je t’invite à te questionner sur tout ça et si tu penses que tu as besoin de te faire accompagner ça se passe ici.

Je t’embrasse.